Qui suis-je?

 

 Passionné par le monde fabuleux des insectes, je collectionne papillons, coléoptères, phasmes,..., du monde entier que je prépare selon les techniques de naturalisation des entomologistes.

 Pour mettre davantage en valeur certaines espèces absolument incroyables, autrement que dans les très classiques boites entomologiques, j'ai très vite commencé, après formation adéquate, à encadrer ces spécimens. Leurs couleurs, leurs formes et leurs textures sont ainsi merveilleusement révélées par l'effet de profondeur et le contraste créés.

 L'engouement suscité par mon entourage, la qualité et l'originalité de mes encadrements, le réel plaisir procuré par cette activité me décidèrent finalement à m'y consacrer entièrement, afin de proposer à tous un objet de décoration intérieure fascinant et raffiné, qui ornera à merveille murs, cheminées, bureaux, bibliothèques, cabinets de curiosité...

 La préparation (naturalisation) des insectes et les encadrements sont réalisés à la main à mon atelier. Fermés hermétiquement, les cadres portent au dos une attache (sauf ceux à poser) et une étiquette d'identification (espèce et provenance).

 Une attention toute particulière est portée sur la position des pattes et des antennes, et sur l'alignement des ailes et des élytres.

 Les insectes choisis proviennent de fermes d'élevage ou de prélèvements règlementés dans les forêts humides d'Afrique, d'Amérique du sud et d'Asie du sud-est.

 Les éleveurs et chasseurs autochtones s'assurent ainsi un revenu décent tout en évitant de participer au déboisement massif orchestré depuis des décennies pour l'élevage bovin, les cultures de rente et la collecte de bois d'oeuvre. En effet, ces villageois comprennent rapidement que les insectes ont besoin de la forêt pour survivre, ce qui les incite fortement à la respecter pour assurer l'abondance des larves et des plantes nourricières.

Forêt guyanaise









Préparation d'un Papilio thoas:





Assemblage de moulures:





Collage de réhausses et positionnement d'un Papilio ulysses:

Article du Bien Public le 4 mai 2014